Profils ICC (6 de 6)

C'est ici qu'entre en jeu les logiciels de gestion de couleur, comme ProfileMakerPro, MonacoProfiler, ColorTune, i1profiler argyll et d'autres.

Sans l'assistance de ces logiciels, il est impossible de construire un profil ICC de Saisie car peu de gens possèdent les habiletés de programmation requises pour construire des profils ICC.

Numériser la mire IT8.7/1 ou 2

D'abord, il faut se procurer un examplaire de la mire IT8.7/1 (original papier) ou /2 (original diapo). Lorsqu'on est prêt, on met en marche l'appareil et lui laisser le temps de se réchauffer. La lampe atteint sa stabilité après quelques minutes. On place la mire IT8.7/1 ou /2 dans l'appareil, puis, on numérise en enregistrant scrupuleusement tous les réglages utilisées pour la capture de la mire.

C'est important de noter tous les ajustements employés pour capturer la mire car vous devrez les répéter parfaitement à chaque fois que vous voudrez vous servir du profil par la suite.

Numériseur de table Epson avec porte-diapositives
Numériseur de table Epson avec porte-diapositives

Le plus important, lors des ajustements, est de ne pas perdre aucun détail de l'image. Cela signifie ne pas sur-exposer et ne pas sous-exposer. Cela est possible si on prend soin de bien ajuster les deux extrêmes de la gamme, le noir et le blanc, en valeurs RVB.

Gamme de gris au bas de la mire IT8.7/1 et /2
Figure 16 - Gamme de gris au bas de la mire IT8.7/1 et /2

Là, le résultat de cette opération variera en fonction des ajustements logiciels disponibles sur votre numériseur. En général, Epson, Canon et HP offrent avec leurs numériseurs des logiciels souples et possédant des fonctions spécifiques qui permettent de fixer les extrêmes de la gamme (de gris), le Point Noir et le Point Blanc.

Dans la gamme de gris qui figure au bas de la mire IT8.7/1 et /2 (voir Figure 16), on retrouve 24 zones de gris, si on compte le papier (pavé 0, à gauche complètement) et le noir (pavé 23 à droite complètement.

Le pavé 10, au centre de la gamme, devrait correspondre à RGB = 128, 128, 128, un gris moyen. Le pavé 0 devrait être fixé à RGB = 250, 250, 250, et le pavé 23 devrait être tout près 8, 8, 8 dépendant des avis. Certains préconisent de 0 à 255 pour avoir une gamme complète?

Les conséquences de cet ajustement sont faciles à tester, du reste, et on entre là, dans des questions de préférences.

Fig 4 Apperçu des valeurs de référence colorimétriques
Fig 4 Apperçu des valeurs de référence colorimétriques

Une fois la mire numérisée, il est temps de la soumettre à un logiciel d'analyse comme il en existe plusieurs. (http://www.argyllcms.com/)

Le logiciel a besoin du fichier de référence TEXTE, qui contient les 254 valeurs colorimétriques de la mire, fournie par Kodak ou autre (voir figure 4). Autrement dit, les mesures des 254 pavés de la mire, codées en CIE XYZ ou CIE Lab. Sur la figure 4, on voit, par exemple, que pour le pavé A1, la valeur CIE XYZ est 3.38 1.82 et 2.14. La valeur CIE Lab est 19.28 11.53 et 1.79. D'après ces chiffres, il s'agit d'une couleur assez sombre (L=19.28) qui tire un peu sur le rouge.

Je vous montre CIE XYZ et CIE Lab un peu plus loin.

Donc, le logiciel a besoin du fichier de mesures, d'une part. D'autre part, il lui faut bien sûr la capture numérique de la mire elle-même, le fichier TIFF RVB dans lequel vous aurez enregistré la numérisation de la mire, après avoir ajusté les extrêmes de la gamme de gris.

Le logiciel va «extraire» les valeurs RVB de la mire et comparer aux mesures du fichier texte. À la fin, Il bâti une table 3D RVB -› XYZ ou Lab.

Cette table est enregistrée selon les spécifications ICC dans une structure de données appellée Profil ICC que vous nommerez en fonction de l'émulsion et du modèle de scanner (et de votre créativité).

Il est bien important de déposer une copie du profil dans le répertoire approprié Mac ou PC :

C:\Windows\System32\spool\drivers\color

Adobe Photoshop ne verra pas le profil si vous le laissez dans vos documents ou ailleurs.