Profils ICC (1 de 6)
Comparaison de différents profils ICC
Comparaison de différents profils ICC

Si vous débutez dans la gestion de couleur et que vous avez envie de connaître le fonctionnement du système ICC, vous êtes à la bonne adresse.

Le premier endroit (à part le mien) que vous devriez visiter est International Color Consortium (www.color.org), si ce n'est pas déjà fait. Mais n'y restez pas trop longtemps car, à première vue, si vous n'êtes pas un ou une initié(e), il n'y a absolument rien à comprendre sur ce site, à moins d'y passer plusieurs heures et, petit à petit, vous devriez commencer à avoir une idée de ce qui s'y passe.

En gros, le système ICC, c'est ce qui permet de traiter intelligemment la couleur numérique sur des ordinateurs. Chacun est libre de s'inventer des systèmes sophistiqués pour arriver aux mêmes résultats que celui proposé par la ICC mais pourquoi réinventer la roue? C'est ce que s'est dit Adobe...

Ce n'est qu'à partir de la version Photoshop 5.0 qu'Adobe a décidé d'adopter le système proposé par la ICC, ce qui ne s'est pas passé sans verser de grosses larmes parce qu'Adobe avait mis au point son propre  système de gestion de couleur, qui fonctionnait bien et qui satisfaisait la majorité des utilisateurs.

Petite parenthèse historique, les pères fondateurs de la ICC sont Linotype, AGFA, Microsoft, Kodak, Sun et Apple. Ensuite, se joint à eux, au fil du temps, le reste des autres joueurs de l'industrie dont Fuji, Adobe, Canon et le reste.

Avec du recul, on voit bien que ce qu'a mis ICC sur la table était rien de moins que révolutionnaire. Il aura fallu que chaque entreprise accepte de partager une partie de ses secrets commerciaux et techniques pour que naisse le système. Si le système de la ICC n'avait pas vu le jour, à cause de guerres intestinales, chacun en serait encore à tirer la couverture de son côté aujourd'hui. 

Au coeur du système ICC, la colorimétrie

Le système n'aurait pu voir le jour sans l'apport de la science des couleurs, bien sûr. Il fallait trouver un dénominateur commun dans cette jungle de dispositifs d'entrée et de sortie:

  • les écrans d'ordinateur;
  • les numériseurs;
  • les imprimantes;
  • les presses lithographiques;
  • les presses flexographiques;
  • les presses rotogravure;
  • les presses sérigraphie;
  • et les autres procédés de reproduction existants.

Dans les langues, on le sait aujourd'hui, l'anglais est celle qui a pris le pas sur toutes les autres, en matière de commerce et de science (je ne veux pas en juger). Mais, au tournant du 19e siècle, il y a eu l'espéranto. Si tous s'étaient mis d'accord pour échanger en espéranto, alors, je pourrais aujourd'hui voyager en Chine sans craindre de ne pas être compris, ou au Japon ou en Russie. Mais hélas!, l'histoire et les hommes en ont voulu autrement.

C'est un peu la même chose dans la couleur. Bien que Rouge, Vert et Bleu décrivent bien la couleur, tout comme Cyan, Magenta, Jaune et Noir décrivent bien la couleur, ce sont des codes machines qui n'ont pas de relation directe avec le système visuel.

En gestion de la couleur, RVB et CMJN ne font pas le poids
En gestion de la couleur, RVB et CMJN ne font pas le poids

La mission d'un profil ICC est de représenter un dispositif de reproduction de la couleur. La ICC a identifié trois types principaux de dispositifs (Device, en anglais, souvent traduits par périphériques) :

  • la classe Affichage ou Display;
  • la classe Saisie ou Input ;
  • la classe Sortie ou Output;
Simple? Je simplifie un peu mais c'est essentiellement cela. Trois classes d'appareils qui décrivent techniquement ce que vous et moi sommes susceptibles de retrouver dans le commerce, chez des écrans, des imprimantes, des presses, des numériseurs de table et des caméras numériques.

La ICC a dressé l'inventaire des caractéristiques physiques de tous ces dispositifs -- un travail de moine et d'amour -- et a créé une structure de données propre à chacune qu'elle a baptisé «Profil ICC».

C'est pourquoi on retrouve des Profils ICC pour des écrans d'ordinateurs, des Profils ICC pour des numériseurs (scanners) et des Profils ICC pour des imprimantes ou presses lithographiques. C'est toujours la même technique.

La beauté des Profils ICC c'est qu'ils adhèrent à la même norme, peu importe la structure d'accueil hôte, une spécification commune qui leur garantie une compatibilité universelle. Rappelez-vous les pères fondateurs du système, Microsoft, Apple et Sun? Eh bien, le fait que ces trois géants furent conviés au banquet, au déaprt, nous assure qu'un format de Profils ICC standard et commun est reconnu d'office sur tous les ordinateurs PC, Mac et Unix.

Icônes de Profils ICC Windows et Apple
Icônes de Profils ICC Windows et Apple

Un Profil ICC renferme toute l'information voulue pour «transporter» l'apparence de la couleur d'une classe de dispositifs à l'autre. C'est une structure de données complexe, certes mais jamais aussi complexe que le HTML5 combiné au CSS3! Si vous pouvez concevoir des pages web avec des feuilles de style CSS, vous pouvez apprendre le ICC...