La couleur dans la peinture
Monet

Il est de notoriété publique que les peintres impressionnistes sont ceux qui ont été le plus près d'un certain courant classique mettant l'accent sur l'interaction des couleurs selon des préceptes mis de l'avant en science, comme le principe de contraste simultané des couleurs, découvert par Chevreul, au tourant du siècle.

Lors d'un prochain article, je me propose de traiter de VanGogh et de Renoir, deux autres peintres impressionnistes qui ont beaucoup contribué au mouvement par leur utilisation originale de la couleur. Mais pour aujourd'hui, je me contente de commenter quelques oeuvres choisies de Claude Monet.

On a dit beaucoup de choses sur Monet. Tous savent qu'il a été assez fortuné pour se faire construire un étang au beau milieu de sa propriété à Giverny, où il a puisé nombre de ces sujets et qu'on retrouve dans une bonne partie de sa production.

On a dit aussi que Monet peignait ce qu'il voyait. On sait qu'à la fin de sa vie, il a subi une opération pour une vilaine cataracte. Connaissant l'effet de cette opération, personne ne s'étonne alors qu'il se soit mis à peindre très différemment les fleurs de son jardin, parce que, tout à coup, sa vision des couleurs était radicalement changé.