Harmonie des couleurs (3 de 6)

Harmonie de couleur à deux ou trois vitesses

Jusqu'ici, mon approche s'est volontairement voulue timide, n'osant pas introduire les classiques canons de la beauté des couleurs, les grandes et universelles vedettes, si je puis dire de l'harmonisation des couleurs. J'ai voulu partir en douce. Mais voilà, rapidement, dans l'espace  polychromatique, on converge vers des gammes de couleurs qui tirent leur dynamique de recettes élaborées bien avant nous, des recettes visuelles éprouvées -- tried and true, comme disent les anglos-saxons.

Fleurs peintes en rose
Fleurs: le sujet se prête naturellement au rose et à toutes ses déclinaisons, bien sûr, mais la couleur ne serait pas la même sans le concours, l'apport inestimable du vert, du vert-lime, voyex-vous?, qui, en l'occurence, multiplie par 10 la force visuelle du rose.
Le fameux contexte dont je parlais tout-à-l'heure.

Dans une image pareille, on pourrait facilement s'abandonner à toutes sortes de d'interprétations symboliques en commençant par le fait que le rose évoque la féminité? Ce qui ne causerait pas de problème intuitivement mais, dans les faits, il s'agit de fleurs et, de ce fait, on pourrait dire qu'il n'y a rien dans la nature qui prédispose les fleurs vers le genre féminin? Si ça l'est, c'est purement un aboutissement culturel.

Par contre, ce qu'on peut dire c'est qu'on sent la force du vert, sur la gauche, là où il est le plus saturé, comme s'il faisait écho ou s'opposait au rose, surtout dans la zone de transition formée par des tonalités d'orangé au rose. Remarquez aussi le travail du vert pâle, autour des pétales, qui tranche à droite sur le vert uni. Tellement simple, cette image, et pourtant si agréable. Couleurs harmonieuses?

Champs vus du ciel
Champs de sédimentation en Californie vus du ciel.

Là, on est encore dans une gamme de tonalités réduites. Il s'agit d'une photographie aérienne. On apperçoit le jeu graphique des méandres des canaux sillonnant le paysage. Les principaux acteurs de cette mise en scène sont le vert, l'orange, l'ochre, le jaune et le noir. Ce qui est remarquable dans cette image est la séparation des zones de couleur par la construction du noir. Comme je l'ai déjà écrit ailleurs sur mon site, le noir "tranche" les couleurs et préserve leurs caractères propres, empêchant toute contamination, toute interaction. On peut dire que les nuances de vert dominent le haut de l'image et que les nuances d'orangé et de jaune dominent le bas de l'image. Au final, c'est la transition entre les orangés, au bas de l'image, et des verts, au haut de l'image, par le biais du jaune, qui lui donne son caractère unique. D'ailleurs, c'est comme s'il s'agissait de couleurs voisines sur le spectre visible puisqu'elles se présente naturellement dans cette ordre? Est-ce la raison qui fait de cette agencement de couleurs une harmonie?

Quartiers d'oranges posées à côté d'un verre bleu transparent
Peinture de style nature morte composée des quartiers d'orange et d'un verre bleu.

Je me permets de présenter la prochaine image sans le consentement de l'artiste qui l'a affiché sur Facebook? (J'espère qu'il ne m'en voudra pas...) La qualité essentielle de cette oeuvre réside dans l'interaction des teintes d'orange avec la transparence du verre bleu. Une harmonie à deux couleurs, inspirée du cercle chromatique de Goëthe puisqu'il oppose du bleu et des orangés. On voit beaucoup de ce genre d'harmonies.

Le travail de nuancement des orangés est agréable en soi, de même que celui du nuancement des bleus sur le verre. On pourrait dire, de façon très classique, qu'on est en présence d'un contraste de couleur chaud -- froid mais, ce serait passer à côté de l'essentiel, à mon avis. Ce qui m'a plu dans cette toile et la raison pour laquelle j'ai choisi de la présenter est cette interaction entre les tonalités de bleu et celles de l'orangé que l'on retrouve universellement dans toutes sortes d'expression de la couleur, dans la publicité, la mode, et nombre d'applications industrielles, au risque de me répéter.

Graphique de distribution statistique
Suite de couleurs harmonieuses.

Prochaine image. Ici, on doit saluer le ou la designer qui l'a conçu puisqu'on y retrouve des principes d'harmonies évidents. À la base, il s'agit d'une illustration vectorielle visant à représenter par des chiffres la pauvreté dans le monde. Ce qu'il y a de remarquable dans ce graphique, surtout, à mon avis, c'est le travail du bleu à droite. Remarquez comme il ancre la lecture du graphique, traduisant la plus grande part de la distribution, 33%, par une couleur qui fait, dans ce cas, autorité, le bleu.

Il est flanqué en bas d'un bleu ciel, plus clair, et en haut, à gauche, d'un vert qui a approximativement la même clarté que celle du bleu ciel. Remarquable. Ce qui est remarquable, aussi, dans cette étendue chromatique, c'est la facilité avec laquelle on passe à gauche comme en bas, aux zones chromatiques voisines, à partir du bleu? C'est sans efforts, soit du bleu au vert, soit du bleu au bleu ciel. Cela s'explique, à mon avis, par le fait qu'il s'agit d'une continuité naturelle entre ces couleurs. Pensez à ce qu'il y a de plus naturel entre la couleur du ciel, à l'horizon, et la couleur verte du paysage? Depuis combien de milliers d'années sommes-nous rompus à ce spectacle naturel?

Ce qui me fait conclure que l'harmonie des couleurs est souvent inspirée voire calquée sur la nature.

Peinte nature more de VanGogh
Voici une toile de VanGogh. Difficile à croire qu'il s'agit de la même image dans les deux cas.

Cette image-ci est la preuve qu'avant de commenter la couleur d'une oeuvre, on a intérêt à se trouver en possession d'une reproduction crédible? On sait, par exemple, que les pigments jaunes employés dans plusieurs oeuvres de VanGoh présentent des signes de dégradation, du à la nature synthétique des matières premières dont ces pigments étaient tirés. Les jaunes, par exemple, sont un bel exemple de cette regrettable réalité. Si bien que, dans plusieurs toiles, comme les Tournesols, nous ne voyons pas vraiment les jaunes qu'a peint VanGogh à son époque puisque ceux-ci se sont dégradés chimiquement avec le temps!

Mais revenons-en à l'image. De toutes évidences, l'image de gauche est nettement plus saturée et vive que celle de droite mais on peut s'interroger sur la manipulation de l'image originale entre les mains d'une personne moins expérimentée ou motivée par la recherche de l'éclat? Heureusement, les bibliothèques regorgent d'éditions récentes de VanGogh auxquelles se reporter en cas de doute, même si ces reproductions sont à prendre avec des pincettes.

Cela dit, au niveau de la couleur, ce que je trouve admirable dans ces toiles, c'est le travail essentiel du rouge et du vert. Oui, le bleu, aussi présent, est important, et peut-être plus qu'on ne le croit, selon certaines théories. Le vert et le rouge, on le sait font partie des classiques de l'harmonie des couleurs. Le meilleur exemple du "succès" historique du vert et du rouge, outre dans la peinture et les arts, c'est dans la vitrine du boucher.

Eh oui, le boucher. Lors de votre prochaine visite, observez la présentation de la viande (rouge) dans les comptoirs? Il y a fort à parier que le papier dans lequel la viande est présentée soit ... -- roulement de tambour! -- vert. Eh oui! Pour les mêmes raisons que toutes les couleurs complémentaires s'exacerbent, s'exaltent et s'amplifie mutuellement.

Peut-être, aussi, que cela ne soit pas étranger à la couleur des salles d'opérations?

Affiche d'Alfred Halasa
À l'occasion d'un vernissage à l'école de design, UQAM, juin 2014, Alred Halasa.

Prochaine image. Voici une image que je devrais normalement présenter en position verticale mais pour les besoins de la largeur de ma zone de présentation, 650 pixels, et pour maintenir une certaine homogénéité dans l'ensemble, j'ai choisi de la tourner de 90 degrés. Alfred Halasa, son auteur et professeur de design graphique à l'Université du Québec à Montréal, ne m'en voudra pas trop... Je présente l'image de la photographie, un peu retouchée au niveau des couleurs dans Photoshop car la capture n'a pas bien réussie. Essentiellement, la raison pour laquelle j'ai choisie cette image est pour son interaction du rouge et du vert, presque les couleurs du parti communiste? Je sais, ce n'est pas la bonne symbolique mais c'est la première idée qui me vient à l'esprit. L'important c'est l'ampleur de la dynamique entre le vert et le rouge. On est toujours chez mon boucher, souvenez-vous...

Jeune femme à la plage tenant un voile orange et rose
Une autre combinaison de couleur classique en peinture, rose et orangé. Si on y regarde bien, on y trouve un peu de rouge, de jaune, de fushia et de corail, couleurs de la féminité par excellence.

Image suivante. Je n'ai pas trouvé la haute résolution de cette peinture? Dommage. La grande vedette de cette composition demeure inchangé, c'est le rose, oui, le rose entourée de la couleur corail, sur la gauche, de l'orange, à droite, et de l'orangé en haut et en bas, aux pieds de la jeune femme. Il s'agit d'un nuancement autour d'un ton, le rose.

Sur le cercle chromatique, posons que le rose se situe à droite, pas trop loin du centre. De cette position sur le cercle, imaginez le déplacement vers le haut du cercle, on aboutit aux rouges, puis aux orangés, et finalement, chez les jaunes. Donc, en termes d'harmonie, on peut dire qu'on se trouve dans une famille de couleurs voisines.

On remarque que dans l'ensemble, les tonalités demeurent claires, lumineuses, qu'il n'y a de zones d'ombres proprement dites dans cette illustration ou peinture. Et c'est mieux ainsi pour la palette finale de couleurs! C'est fou comme la peau, le visage, les épaules, les bras et les jambes de la jeune femme, même si elles ont été peintes dans des teintes de bleu ne sont pas choquantes pour l'image abstraite que nous nous faisons de la couleur de la peau.

Par ailleurs, on sent très bien la lumière d'un soleil qui vient de la gauche du tableau, sur le cou et dans les cheveux de la feune femme. La couleur des vagues, ell, derrière, varie du turquoise à quelques accents de bleus, contrastant, naturellement, par ses tonalités froides, avec les tonalités d'orange et de rose. On pourrait déplorer la couleur quelque peu irréelle du ciel et des nuages qui tirent beaucoup sur le jaune? Heureusement, ça ne brise pas la qualité de l'ensemble qui se tient très bien autour des douces tonalités du rose et des orangés.