Galerie (3 de 9)

On doit beaucoup à Chevreul, en particulier ce qu'il a nommé la loi des contrastes simultanés des couleurs, que certains appellent des images rémanentes.

Qu'est-ce que c'est? D'après le récit officiel, Chevreul recevait beaucoup de plaintes de match de couleurs. Les clients se plaignaient que la couleur des étoffes reçues ne concordaient pas à celles commandées? En faisant des recheches, il a découvert que ce n'était pas les couleurs qui ne concordaient pas mais le fait que, lorsque certaines couleurs sont présentées côte à côte, leur apparence mutuelle change. C'est comme si le fait de présenter un vert et un rouge "simultanément", par exemple, fait en sorte de modifier la teinte de rouge et de vert perçue. C'est comme si les deux couleurs réagissaient ensemble?

Chevreul a longtemps cherché la cause de ce phénomène et a fini par conclure que la cause n'était pas dans les colorants eux-même ni dans la nature mais dans nos yeux.

Fig 10 Couleurs contrastantes de Chevreul
Fig 10 Couleurs contrastantes de Chevreul

Les résultats des travaux de Chevreul ont exercé une grande influence sur plusieurs peintres de son époque qui se sont mis à changer leur regard sur la couleur. Dans un entrevue, Monet a déclaré que les teintes paraissaient encore plus vives lorsqu'elles présentées simultanément. Si vous ne connaissez pas beaucoup Chevreul, je vous recommande quelques lectures sur internet. Nous disposons de quelques livres écrits de sa main dont, évidemment, son plus célebre, Les principes des harmonies des couleurs.

Fig 11 Couvertures du livre de Chevreul
Fig 11 Couvertures du livre de Chevreul

Chevreul ignorait les causes physiologiques à la l'origine de ces perceptions. Pourant à la même époque, dans les années 1880 (il a écrit son livre en 1889), en Allemagne, Ewald Hering, un physiologiste, mis en lumière — c'est le cas de le dire! — le principe des paires antagonistes de couleur qui, beaucoup plus tard, donna naissance à la représentation CIE Lab.

Fig 12 Paires antagonistes de Herring
Fig 12 Paires antagonistes de Herring

À l'époque, ce n'était qu'une théorie mais, d'après mes informations, ce n'est qu'après la deuxième guerre mondiale que des équipes réussirent, par microspectrophométrie, à mesurer les couleurs des pigments dans nos yeux et à démontrer la véracité de la théorie.

En fait, ce qui se produit est un peu plus complexe, en ce que, au premier stage de la vision, les signaux lumineux excitent bien trois groupes de détecteurs qui ont pour sensibilité, à peu près celles postulées par la théorie trichromatique, à savoir du "rouge", du "vert" et du "bleu".

Mais ce n'est pas ce qui est envoyé au cerveau via le nerf optique. Ce que les travaux de recherches sur des rétines de cadavres ont démontré c'est les premiers signaux RVB sont combinés entre eux pour former trois signaux secondaires, un signal achromatique qui module la carté et deux signaux opposés qui modulent la teinte de la couleur.

Fig 13 Combinaison des signaux RVB
Fig 13 Combinaison des signaux RVB

La figure 13 montre comment les signaux RVB sont reliés ensembles pour former l'information envoyée au cerveau via le nerf optique. Un million de canaux d'information par oeil.